Johannes Brahms et Gabriel Fauré

Samedi 25 janvier 2020 à 20h30
Lieu :
Église de Cournonterral
Adresse / Accès :
6, Place de l’Église - Cournonterral

Concerts choeurs et ensemble instrumental

Ce concert consacrera un programme de musique romantique allemande autour des pièces pour choeur et harpe de Brahms. Y seront associées des oeuvres de Schubert, Mendelssohn…
Avec les ensembles vocaux féminin et mixte du Conservatoire, le Choeur d’enfants spécialisé niveau 2, la classe de cor d’Oliver Brouard et la classe de harpe d’Héloïse Dautry.
Direction : Caroline Semont-Gaulon et Caroline Comola.
Piano : Maxime Hochart

 

Programme

Choeur d’enfants spécialisés 2

La messe des pêcheurs de Villerville - Gabriel Fauré 

La Messe des pêcheurs de Villerville est une messe brève pour chœur de femmes, écrite en août 1881 par Gabriel Fauré et André Messager, qui étaient en villégiature à Villerville chez des amis communs. Cette œuvre a été écrite primitivement pour qu'elle soit chantée par les dames du village et les jeunes filles qui s'y trouvaient en vacances, au profit de l'association des pêcheurs locaux.

La première eut lieu le 4 septembre 1881 à Villerville, dans une version avec harmonium et violon. Une deuxième exécution, avec orchestre de chambre, eut lieu l'année suivante. Messager orchestra alors les quatre premières parties, Fauré la dernière. 

Piano : Anne-Lise Dodelier

Direction : Caroline Comola

 

Ensemble vocal mixte

Opus 104 N° 2 à 5 de Johannes Brahms

Les Fünf Gesänge de Johannes Brahms opus 104 sont teintés de mélancolie, leurs titres, Nachtwache  2 (Veillée), Letztes Glück (Dernier bonheur), Verlorene Jugend (Jeunesse perdue) et Im Herbst (Automne), évoquent la vieillesse et l'espoir déçu. Brahms s'inspire de poèmes de Friedrich Rückert, Max Kalbeck, Klaus Groth et d’un poème tzigane traduit par Josef Wentzing. Il utilise essentiellement des tonalités mineures, ce qui accentue l’élan de tristesse qui parcourt le recueil, composé entre 1886 et 1888, une dizaine d’années avant la mort du compositeur.

Cette œuvre est l’un des sommets du répertoire vocal romantique, par sa richesse d’écriture et sa sombre beauté.

Wehe him , Mendelssohn extrait de l’oratorio Elias

Le peuple (chœur) veut mettre à mort le prophète Elie qui a osé prophétiser au nom de Yahvé contre le roi d’Israël.

Direction Laure Capri

Sirb, Lieb und Freud de Robert Schumann

Die Nacht de  Richard Strauss

Ruhe, meine Seele de Richard Strauss

Morgen de Richard Strauss

Adieu fière cité air de Didon extrait des Troyens d'H. Berlioz

Soprano: Barbara Derathé

Piano: Anne-Lise Dodelier

 

Ensemble vocal féminin

Ständchen - F.Schubert 

Ständchen (Sérénade)

C’est à Anna Fröhlich que nous devons la Ständchen D. 920; à l’occasion de l’anniversaire d’une certaine Melle Gosmar, fille d’un propriétaire d’une raffinerie de sucre à Vienne, elle réclama à Franz Grillparzer quelques vers de circonstances que Schubert, habitué de la maison Fröhlich, mit très rapidement en musique pour mezzo-soprano, chœur masculin et piano.

La suite de l’histoire demeure célèbre : l’œuvre ne correspondant pas à l’assemblée exclusivement féminine de la fête d’anniversaire, le compositeur étourdi dut avec sa promptitude coutumière réaliser une seconde version pour mezzo-soprano et chœur de femmes, qui fut créée le 11 août 1827 à Döbling. Sur un accompagnement sautillant et une harmonie frémissante dans ce clair-obscur si caractéristique à Schubert, comme suivant les moindres inflexions du poème, la soliste joue d’une phrase à l’autre un cache-cache avec ses compagnes du chœur, toutes se rejoignant in extremis aux charnières de la subtile sérénade.

Mezzo solo: Noëlle Gokelaere - Piano : Anne-Lise Dodelier

Vier Gesange - Opus 17 J. Brahms 

Initié à la musique d'abord par son père, lui-même musicien, il étudie le piano et, encore jeune adolescent, donne déjà des leçons et devient pianiste de cabaret. À vingt ans, il découvre les mélodies populaires hongroises et tziganes. Familier des Schumann, il se plonge dans la bibliothèque de Robert et se passionne pour la musique vocale de la Renaissance et de l'ère baroque. Les œuvres pour la voix, lieder, chœurs a cappella ou avec accompagnement, forment d'ailleurs une part importante de sa production tout au long de sa vie. 

En 1859, devenu chef de chœur à Hambourg, il écrit pour son «Frauenchor» une dizaine de numéros d'opus en un an, dont les Vier Gesänge pour voix de femmes avec accompagnement de deux cors et harpe op. 17, dont il dirige lui-même la création le 15 janvier 1861. Ce petit cycle est d'un ton hautement romantique, d'une part par l'utilisation des cors, instruments romantiques par excellence, d'autre part par les textes qui exploitent le thème de l'amour et de la mort, venant pour deux d'entre eux de figures mythiques du romantisme allemand : Shakespeare et Ossian. Les trois premiers chants, relativement courts, sont strophiques, le quatrième, plus développé, est «durchkomponiert», bâti sur une structure en arche.

Cors : Mathieu Pointeau et Marceau Mesplé

Harpes : Ivanne de Raulin - Pauline Bondil - Tamara Marc

Ensemble vocal féminin et choeur spécialisé 

Les berceaux - Gabriel Fauré

 Écrit par Sully Prudhomme, poète parnassien et premier prix Nobel de littérature (1901), le poème ” Le long du quai ” appartient au recueil de Stances et Poèmes (1865). Et fait partie (sous le titre ” Les Berceaux “) du deuxième recueil de Vingt Mélodies de Fauré.

Composée en 1879, éditée par Hamelle en 1881,cette mélodie (op. 23 n° 1) pour une voix et accompagnement de piano est, avec ” Automne ” et ” Le secret “, une des trois mélodies dédiées par Fauré à la cantatrice Alice Boissonnet de la Touche (1857-1932), égérie de nombreux compositeurs.

Alan Raines en a fait un arrangement pour trois voix égales et piano.

Piano : Anne-Lise Dodelier

Direction : Stefano Bernabovi

 

 

 

 

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles